Porte de France : un nouveau quartier en devenir

2171_vue_angle_3.jpg

Ce nouveau quartier, dans lequel s’intègreront le lycée, la piscine et la maison de santé, répond à une volonté de cohérence et de modernité dans l’aménagement du territoire d’une ville qui se projete sur les prochaines décennies.

Porte de France Nord : notre entrée de ville se dessine

2171_vueaerienne_2013-11-26.jpg

2171_vueaerienne_2013-11-26.jpg, par fmonge

Avec la construction du nouveau quartier de Porte de France Nord en prolongement du centre-ville, l’entrée de Saint-Genis-Pouilly va connaître une véritable métamorphose au cours des prochaines années.
Ce nouveau quartier, dans lequel s’intègreront le lycée, la piscine et la maison de santé, répond à une volonté de cohérence et de modernité dans l’aménagement du territoire d’une ville qui se projette sur les prochaines décennies.
Animée par un souci de maîtrise de son développement urbain en termes de qualité et de densité, la ville de Saint-Genis-Pouilly a conçu ce nouveau quartier dans une logique d’aménagement mixte et fonctionnel, dans la continuité de son tissu urbain actuel. Les infrastructures de Porte de France Nord seront à la fois une extension et un complément des quartiers existants, avec leurs services et leurs commerces, mais aussi des secteurs en construction comme le Parc Jean Monnet, la ZAC des Hauts de Pouilly ou les Jardins de Genève.
 

Une véritable entrée de « ville-parc »

Situé à l’entrée principale de la commune, ce nouveau quartier a été conçu conformément aux principes d’aménagement applicables à Saint-Genis-Pouilly en tant que centre régional de développement à l’échelle du Grand Genève.

Le quartier de Porte de France Nord offrira une image urbaine attractive et qualitative, grâce à l’extension de la ligne de tramway et à sa mixité fonctionnelle alliant habitats, équipements, services et activités commerciales.
Constamment animée par un souci de cohérence dans l’aménagement de son territoire, Saint-Genis-Pouilly met en œuvre un projet de ville soigneusement pensé, programmé et géré, qui vise à créer un cadre de vie en harmonie avec l’environnement. Le projet prévoit ainsi une trame végétale à l’échelle du quartier. Cette structure verte s’appuiera sur la ripisylve* du Lion, mettant en relation l’ensemble des strates et des continuités de cette nouvelle partie de ville.

L’objectif est d’offrir une végétalisation de l’espace public : des arbres de plusieurs tailles qualifieront les différents espaces et identifieront des ambiances distinctes, tout en mettant en lien les pôles du quartier et en assurant de vraies continuités écologiques.
Cette forte présence végétale, tant sur l’espace public que dans les cœurs d’îlots, s’inscrit dans un développement de biodiversité, complété par l’aménagement d’une promenade végétalisée et de squares de détente et d’agrément.

Dans tout le projet, le développement durable est véritablement appréhendé de façon transversale, avec une préoccupation constante pour :

  • la gestion économe des territoires,
  • la mixité sociale et générationnelle,
  • la diversité des typologies d’habitat et des fonctions urbaines,
  • la variété des modes de déplacement.

* Formations végétales qui se développent sur les bords des cours d’eau situés dans la zone frontière entre l’eau et la terre.

Pour visualiser le webcam des travaux Porte de France, cliquez sur l'image ci-dessus

Une bonne gestion des déplacements et des mobilités

La localisation du site, à l’entrée de Saint-Genis-Pouilly, le long de la rue de Genève, lui confère un rôle clé. Son aménagement est déterminant pour l’image et l’identité de la commune, car ce quartier sera la principale porte d’entrée de notre ville, aussi bien depuis Meyrin que depuis le Pays de Gex à partir de la RD 35. C’est pourquoi l’urbanisation de Porte de France s’appuie sur son intégration et sa connexion au tissu urbain existant, notamment le réseau viaire, les équipements publics et les différents quartiers. Cet aménagement anticipe aussi la future requalification de la rue de Genève, induite par l’arrivée du tramway, ainsi que la reconfiguration de la rue Georges Charpak pour tenir compte des nouveaux flux et usages.
Un réseau de voies, cyclables, automobiles et piétonnes, desservira l’ensemble de l’opération et facilitera une liaison multimodale entre les différents quartiers de la ville.

Une offre diversifiée de logements qualitatifs

 

2171_vue_arriere.jpg

2171_vue_arriere.jpg, par fmonge

Constitué de cinq îlots à vocation d’habitat, le projet de Porte de France Nord comportera un programme varié adapté aux besoins de la population et doté de commerces de proximité.
Ainsi, 457 logements, dont 25% sociaux, seront intégrés à l’intérieur d’îlots clos et sécurisés.
Les logements seront répartis en collectifs bénéficiant de balcons, de loggias, de garages et offriront un grand confort, tant en termes de surface que de qualité. Les cœurs d’îlots, totalement piétonniers, constitueront des espaces-jardins.
Afin de préserver la qualité des espaces, la mise en valeur paysagère du quartier offrira aux habitants et aux lycéens un cadre sain et sécurisé avec une prépondérance d’espaces piétonniers. Avec une offre confortable de 1 160 places de stationnement en sous-sol et 73 places en surface. La priorité est donnée à la qualité environnementale.
Des activités commerciales et de services d’une surface de 2 959 m², situées en rez-de-chaussée, favoriseront la mixité fonctionnelle en offrant à la fois une polarité et une centralité.
Ce programme plurifonctionnel se dessine comme un quartier habité et fréquenté toute l’année, qui participera à la qualité de vie des résidents.

Nouveau quartier, nouvelles rues

noms_rues_porte_de_france_nord.jpg

noms_rues_porte_de_france_nord.jpg, par fmonge

 

Anthonioz, Léon Jouhaux, Stéphane Hessel, Germaine Tillion, Marie-Claude Vaillant-Couturier et Louise Weiss, autant de noms connus qui figureront bientôt sur le plan de la ville de Saint-Genis-Pouilly.
L’entrée de ville évolue et sera bientôt segmentée par de nouvelles rues, avenues et promenades, dont la dénomination a été soumise aux élus du conseil municipal. À l’unanimité, ceux-ci ont choisi les noms suivants en hommage à plusieurs personnalités politiques :

 

  • Madeleine Braun (1907-1980), résistante, rédactrice du journal clandestin Patriote, vice-présidente de l’Assemblée nationale et co-directrice des Éditeurs français réunis.
  • Geneviève De Gaulle-Anthonioz (1920-2002), résistante française, militante des droits de l’homme, présidente d’ATD Quart Monde.
  • Stéphane Frédéric Hessel (1917-2013), diplomate, ambassadeur, résistant, écrivain et militant politique français.
  • Léon Jouhaux (1879-1954), syndicaliste français, secrétaire général de la Confédération générale du travail (CGT), fondateur et président de la Confédération générale du travail - Force ouvrière (CGT-FO), reçoit le prix Nobel de la paix en 1951.
  • Germaine Tillion (1907-2008), ethnologue et résistante française.
  • Marie-Claude Vaillant-Couturier (1912-1996), résistante et femme politique française.
  • Louise Weiss (1893-1983), journaliste, écrivaine, féministe et femme politique française.